VARIETES MAROCAINES DE COLZA (Brassica napus L.) DEVELOPPEES PAR L’INRA : ENTRE PERFORMANCE AGRONOMIQUE ET TECHNOLOGIQUE ET ENJEU D’UTILISATION PAR L’AGRICULTEUR MAROCAIN. Par Nabloussi Abdelghani et El Fechtali Mohamed (INRA- CRRA Meknès)

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique des oléagineux annuels, Coordinateur de l’URAPCRG - CRRA Meknès

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique des oléagineux annuels, Coordinateur de l’URAPCRG – CRRA Meknès

Le colza est devenu l’une des plus importantes sources d’huile végétale dans le monde, avec une augmentation substantielle de la production au cours des 39 dernières années, en atteignant actuellement six fois la production enregistrée en 1980. En raison des vastes programmes d’amélioration génétique et de conduite technique de la culture, la production mondiale avoisine 70 millions de tonnes comme le montrent les dernières statistiques de la FAO (FAOSTAT, 2018). Au Maroc, le colza est considéré comme une culture oléagineuse prometteuse ayant montré une bonne adaptation et un grand potentiel, permettant de contribuer de manière significative à l’amélioration du niveau de production d’huiles issues des graines oléagineuses. L’objectif final étant de réduire l’écart entre la production locale et le besoin de la population marocaine en huiles végétales.

Au Maroc, Malgré qu’il y ait des variétés marocaines de colza enregistrées au catalogue officiel, les agriculteurs producteurs de cette espèce continuent à utiliser un nombre réduit de variétés hybrides toutes introduites de l’étranger. Cela présente des inconvénients à deux niveaux différents. Le premier est que la semence de ces variétés hybrides est très chère et ne peut être utilisée qu’en une seule campagne agricole sans aucune possibilité d’en régénérer la semence de la campagne d’après. Le second problème se situe au niveau de la dépendance vis-à-vis des pays étrangers exportateurs de la semence de cette culture, avec tout ce que cela suppose des retombées économiques et politiques négatives pour notre pays. En fait, produire sa propre semence et donc sa source d’huile revient moins cher pour le pays et renforce sa souveraineté et sa sécurité alimentaire.

Dans cet article, une présentation des variétés de colza de l’INRA a été donnée à même de les faire connaitre et promouvoir auprès des producteurs, industriels et semenciers.

Les variétés lignées pures

Dans le programme d’amélioration et de sélection de lignées pures, il importe de rappeler que deux approches sont adoptées. La première est une sélection directe, dite individuelle ou généalogique, dans une population hétérogène issue de pollinisations libres entre les différentes entrées. La seconde est une sélection pedigree après hybridation entre deux parents préalablement choisis sur la base de leur performance et complémentarité.

Quatre variétés lignées pures ont été développées par l’INRA et inscrites au catalogue officiel entre 2008 et 2018. Il s’agit de la variété ‘Narjisse’ dérivée de la sélection individuelle directe et des variétés ‘Moufida’, ‘Alia’ et ‘Baraka’ développées par la sélection pedigree. Ci-après, la figure 1 montrant les caractéristiques de ces variétés.

Figure 1. Caractéristiques des quatre variétés lignées pures de colza développées par l’INRA Maroc

 

Les variétés synthétiques

En parallèle à la mise au point de variétés de colza sous forme de lignées pures, un plan de développement de variétés synthétiques a été conçu et mis en œuvre. Dans les conditions marocaines, le développement et l’utilisation des cultivars synthétiques pourraient être proposés comme alternative aux lignées dans le contexte actuel de changement climatique marqué, essentiellement, par un stress hydrique et thermique de plus en plus accru. Ce type variétal est également un moyen d’exploiter au moins une partie de l’hétérosis existant chez le colza. Cela constituerait un compromis entre le développement des lignées pures et des variétés hybrides. Les hybrides ne peuvent être envisagés dans lesdites conditions, sachant la difficulté, la disponibilité et le coût élevé des systèmes effectifs de contrôle de pollinisation en ce qui concerne la production des semences hybrides commerciales.

Deux variétés synthétiques ont été développées par l’INRA et inscrites au Catalogue Officiel en 2015, ‘Adila’ et ‘Lila’. Ci-après, les fiches descriptives de ces deux variétés.

Figure 2. Fiches descriptives des deux variétés synthétiques de colza développées par l’INRA Maroc

 

Conclusions et recommandations

Un ensemble de six variétés de colza marocaines productives, adaptées et de bonne qualité, lignées pures et synthétiques, ont été inscrites au Catalogue Officiel durant les douze dernières années, mais jusqu’à maintenant elles ne sont pas cultivées par les agriculteurs marocains. Et pour cause, elles ne sont ni commercialisées ni diffusées auprès de ces derniers. De grands efforts sont à déployer par l’INRA pour faire connaitre et valoriser ses obtentions. Tout d’abord, il va falloir multiplier à grande échelle les semences de ces variétés. Ensuite, il faut installer des plateformes de démonstrations de ces variétés dans des domaines expérimentaux à l’occasion de journées portes-ouvertes auxquelles seront invités les partenaires de l’INRA : producteurs, industriels, développeurs et semenciers. Enfin, dans le cadre de la collaboration entre l’INRA et la FOLEA, il y a des possibilités d’installer des essais de démonstration et de vérification de ces variétés en milieu réel des  agriculteurs pilotes et de conduire, en parallèle, un programme de multiplication et de diffusion de la semence auprès des autres.

Ce contenu a été publié dans Amélioration génétique, Plantes oléagineuses, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.