Évaluation des performances de production de quatorze variétés d’olivier (Olea europea.). Par Hadiddou Amal, Chercheuse – INRA Meknès

Amal Hadiddou, Chercheuse en amélioration génétique de l'olivier, INRA Meknès

Amal Hadiddou, Chercheuse en amélioration génétique de l’olivier, INRA Meknès

Comparées aux variétés étrangères, Haouzia et Menara sont productives et s’adaptent au pluvial comme à l’irrigué.

La gamme variétale en culture chez l’olivier repose sur les variétés nationales Haouzia, Menara et la picholine marocaine. Son élargissement à d’autres variétés étrangères est de nature à répondre à la diversité des systèmes de culture pour le développement de ce secteur mais également pour satisfaire une demande en évolution.

Ce travail qui résume les résultats de cinq années (2007-2011) d’évaluation de 14 variétés installées dans deux collections à Ouazzane et à Taounate. Les variétés étudiées sont d’origines géographiques différentes. Il s’agit en l’occurrence de Haouzia, Menara, Dahbia, Arbéquine, Picual, Manzanille, Gordal Sévillane, Hojiblanca, Ascolana Dura, Leccino, Frantoio, Picholine du Languedoc, Carolea et Sigoise. La caractérisation pomologique a été effectuée à l’aide de huit descripteurs du COI (Barranco et al., 2000). D’autres paramètres ont été mesurés, à savoir l’indice d’alternance, le rendement et la vigueur de l’arbre. La teneur en huile a été mesurée par RMN (résonnance magnétique nucléaire).

Les résultats de cette étude ont montré que la performance de production a différé significativement entre les variétés et le milieu de culture. Le niveau moyen de production obtenu a été de 32,6 et 43,5 Kg/arbre respectivement pour le système pluvial et irrigué et donc un gain moyen de rendement d’environ 14,5% dû uniquement à l’apport d’eau (figure 1). Les variétés Leccino, Menara, Manzanille, Ascolana Dura et Haouzia ont été les plus productives en pluvial (40 à 60 Kg/arbre). L’irrigation a amélioré significativement les rendements de toutes les variétés. Les plus productives dans les deux systèmes sont Ascolana dura, Leccino, Haouzia et Manzanille.

Figure 1 : Production moyenne des variétés dans les deux sites de culture

L’alternance de production a caractérisé toutes les variétés  mais avec un indice moyen plus élevé en pluvial (0.28) qu’en irrigué (0.22).  Les variétés les plus  alternantes  sont Arbéquine, Frantoio, Picholine de Languedoc et Menara. Les teneurs en huile des variétés de table (Gordal Sévillane et Ascolana Dura)  n’ont pas dépassé 6% (figure 2), alors que pour les variétés exclusivement à huile (Arbéquine, Leccino,  Picual et Frantoio) ces valeurs se sont situées entre 15,7 pour Arbéquine et 25,6% pour Frantoio.

Figure 2 : Teneur moyenne en huile des 14 variétés durant 5 années de suivi

Figure 2 : Teneur moyenne en huile des 14 variétés durant 5 années de suivi

Pour les variétés à double fin, les teneurs en huile ont été de 20 à 23,5%. L’irrigation a contribué à l’augmentation de la teneur en huile des variétés. Le poids moyen des olives a différé selon les variétés et s’est situé entre 1,2g (Arbéquine) et 8,3g pour Gordal en irrigué et 1,2 et 6,2 g respectivement pour les mêmes variétés en bour. Le gain moyen en poids des olives de toutes les variétés, engendré par l’irrigation, à été d’environ 3,5%. Les olives produites ont un poids moyen des noyaux qui a varié entre 1,15g pour Gordal et 0,28g pour Arbéquine. L’augmentation moyenne du poids des noyaux, engendré par l’irrigation, pour toutes les variétés est de 6,3%. Cette augmentation a été très marquée pour la variété Gordal (29,2%).

Ainsi, la performance de production réalisée dépend des variétés et du système de culture. Les variétés Menara et Haouzia confirment leur adaptation aux conditions de culture marocaines. Par leurs performances en irrigué et en pluvial, les variétés Leccino et Manzanille peuvent élargir la gamme variétale à proposer pour la culture. Pour le reste, certaines variétés, telles que Picual, Hojiblanca et Frantoio, peuvent être envisagées pour le système irrigué.

———-

Travail réalisé en collaboration avec : Oukabli Ahmed, Moudaffar Charkaoui, Mamouni Ali, Gaboun Fatima, Mekaoui Abderrahmane, H’ssaini Lahcen et Fechtali Mohammed.

Ce contenu a été publié dans Amélioration génétique, Arboriculture fruitière, Olivier, Plantes oléagineuses, Résultats de recherche agronomique, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.