Essais de comportement variétal de l’olivier conduits par l’INRA Meknès. Par Oumkaltoum KRIMI BENCHEQROUN, chercheuse olivier – INRA Meknès

Oumkaltoum KRIMI BENCHEQROUN, chercheuse olivier INRA Meknès

Oumkaltoum KRIMI BENCHEQROUN, chercheuse olivier INRA Meknès

A l’occasion du centenaire de la Recherche Agricole au Maroc, il est important de rappeler que l’INRA (Institut National de la Recherche Agronomique), première institution de la recherche scientifique et technique dans le domaine agricole a, depuis toujours, été conscient de l’importance économique et sociale de l’olivier. En effet, cet établissement est pionnier en matière de collecte et d’étude des ressources génétiques de cette espèce végétale, comme c’est le cas pour un certain nombre d’espèces. En fait, l’installation des premières collections d’olivier, comportant des variétés nationales et internationales, a été initiée depuis 1927.

Au départ, La collection Menara de l’INRA Marrakech, comptant plus de 40 variétés d’olivier nationales et internationales d’origines diverses, a été installée en 1927. Par la suite, la collection d’olivier de Ain Taoujdate de l’INRA Meknès a été initiée en 1953, et compte à présent un total de 126 variétés d’au moins 10 origines diverses. La collection Menara de l’INRA Marrakech était rassemblée initialement au niveau d’une seule parcelle et elle est conduite en irrigué alors que celle de Ain Taoujdate est en grande partie conduite en bour et elle est répartie sur cinq parcelles distinctes qui ont été installées de manière progressive et échelonnée dans le temps.

A noter que les ressources génétiques de l’INRA en matière d’olivier ne cessent de s’enrichir par d’autres introductions. L’objectif final étant de renforcer le programme d’amélioration génétique de l’olivier et par la suite, servir au mieux l’oléiculture et l’économie nationales. En effet, étant donné le grand essor que connait l’oléiculture à l’échelle nationale depuis quelques années, il est nécessaire de capitaliser et de valoriser au mieux tous les résultats de recherche dont dispose cette institution de recherche depuis de longues années.

Depuis leur installation, les collections d’olivier de l’INRA ont fait l’objet de plusieurs études de caractérisation et d’évaluation agronomique selon les méthodologies de recherche adaptées. Par la suite et dans le cadre du projet international « Ressources Génétiques de l’Olivier », des travaux de caractérisation morphologique et d’évaluation agronomique des collections d’olivier de l’INRA, notamment Ain Taoujdate et Menara, ont été réalisés selon les descripteurs élaborés par le Conseil Oléicole International en 1997. Les résultats de ces travaux ont été publiés en 2002 (KrimiBencheqroun, O., et al 2002).

Ce projet de recherche s’était fixé pour objectif principal la standardisation de la description des différentes variétés d’olivier au niveau de tous les pays oléicoles.

Oliviers du Domaine Expérmental d'Ain Taoujdate (INRA Meknès)

Oliviers du Domaine Expérmental d’Ain Taoujdate (INRA Meknès)

Ainsi, certaines variétés ont montré des performances recherchées notamment un bon rendement olive, une teneur en huile élevée, une certaine tolérance à des maladies ou à des ravageurs de l’olivier. Les performances des variétés internationales sont comparées à celles des principales variétés nationales à savoir la Picholine marocaine, Haouzia et Menara. Le souci majeur, étant de sélectionner des variétés nationales et internationales en mesure d’apporter une valeur ajoutée à l’oléiculture. Les variétés ayant été préalablement sélectionnées aux niveaux des deux stations expérimentales de l’INRA, notamment Ain Taoujdate et Menara, ont fait l’objet d’un certain nombre d’essais de comportement variétal dans différentes localités. L’objectif était d’évaluer l’interaction « VARIETE x ENVIRONNEMENT » et de recommander par la suite, pour chacune des régions testées, les variétés les plus productives. Autrement dit, dans chacun des sites d’expérimentation, le choix porte sur les variétés d’olivier qui ont montré une meilleure adaptation aux conditions pédoclimatiques. Quelques résultats émanant des essais de comportement variétal conduits dans les régions de Meknès,Taounate et de Tissaf (Boulemane) ont été publiés (Krimi Bencheqroun,O., 1996 ; 1999, 2010, et 2011 et Krimi Bencheqroun,O., et Hadiddou, A., 2002). De même, ce travail porte sur d’autres essais comparatifs des variétés nationales et internationales d’olivier et qui sont conduits dans d’autres régions du pays. Ces essais se sont élargis pour englober d’autres variétés ayant montré de bonnes performances dans certaines régions du Maroc ou dans d’autres pays oléicoles.

Certains de ces essais comparatifs des variétés nationales et internationales d’olivier, réalisés en collaboration avec d’autres partenaires sont en cours dans plusieurs sites dont Aknoul, M’haya, Ras jerry, Settat, Taza. Les ressources génétiques sont testées dans les conditions pédoclimatiques spécifiques de chacun des sites d’essais.

Signalons enfin que malgré les efforts déployés par tous les acteurs du secteur oléicole national, la productivité de l’oliveraie marocaine reste en deçà du potentiel de production que ce soit en bour ou en irrigué. La relance du secteur oléicole national doit, entre autres, reposer sur l’amélioration du matériel végétal utilisé dans les nouvelles plantations moyennant l’introduction de variétés nationales et internationales performantes et adaptées.

L’introduction de variétés internationales dans le profil variétal national doit se faire de façon responsable et rigoureuse. Elle doit, en effet, être basée sur des résultats scientifiques et d’expérimentations conduites dans différents sites. Ceci, dans le souci majeur de respecter les spécificités pédoclimatiques des différentes régions du Maroc.

Suite aux nombreux essais comparatifs des variétés d’olivier réalisés par ses équipes de recherche, l’INRA Maroc dispose actuellement d’une bonne base de données qui pourrait servir de plateforme raisonnable et objective pour participer à la question cruciale relative au choix des variétés d’olivier proposées pour l’extension de l’oliveraie nationale.

Ce contenu a été publié dans Amélioration génétique, Arboriculture fruitière, Olivier, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.