Edito : Le CRRA Meknès un centre scientifique d’excellence au service du développement agricole

Dr Abderrahim Bentaïbi, Chef du CRRA Meknès

Dr Abderrahim Bentaïbi, Chef du CRRA Meknès

Pleinement inscrit dans la stratégie de recherche de l’INRA et en harmonie avec les objectifs du Plan Maroc Vert, le Centre Régional de la Recherche Agronomique de Meknès a conduit un ambitieux programme régional de recherche à moyen terme durant la période 2017-2020. Avec un staff de recherche de notoriété scientifique et d’expertise reconnues, et en collaboration avec les compétences scientifiques des autres Centres Régionaux INRA, le CRRA Meknès a en effet mené à succès des projets de recherche à moyen terme en prise avec les problématiques prioritaires du développement agricole.

Il s’agit en l’occurrence des deux Mégaprojets de recherche INRA 2017-20 domiciliés au CRRA Meknès :

- Mégaprojet de recherche « Développement de modèles agricoles durables et résilients » centré autour des filières prioritaires des céréales, légumineuses et des oléagineuses.

- Mégaprojet de recherche « Amélioration et valorisation de la production pour une filière fruitière et viticole durable et compétitive » articulé autour des espèces : amandier, figuier, pommier, grenadier, caroubier et vigne de table.

Les chercheurs du CRRA Meknès ont de même largement contribué à des mégaprojets INRA 2017-20 coordonnés par d’autres centre régionaux concernant notamment les recherches sur la dégradation et fertilité des sols, le changement et risques climatiques, les ressources génétiques, l’olivier et les maraîchages.

Cet effort qui a généré de précieux résultats pour le développement agricole, a particulièrement donné naissance à plusieurs publications scientifiques et techniques dont des dizaines d’articles publiés dans les revues internationales de notoriété, des communications dans les rencontres scientifiques nationales et internationales, des ouvrages et des fiches techniques. Les activités de diffusion des résultats et de communication ont aussi enregistré une avancée notable à travers les plateformes d’innovation installées dans les Domaines Expérimentaux, les journées portes ouvertes et les séminaires en plus de la communication digitale via nos sites web, notre magazine en ligne et les réseaux sociaux ; Youtube et Facebook en l’occurrence.

La présente édition d’« INRA Meknès Magazine » vous invite à partager une synthèse des résultats de recherche et de recherche-développement les plus saillants du CRRA Meknès en 2017-20 à travers quatre articles signés par les coordinateurs des Unités de Recherche du CRRA Meknès.

Bonne lecture.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Programme de recherche à moyen terme 2017-2020 : diversité et richesse des résultats et acquis de recherche de l’UR. Amélioration des Plantes et Conservation des Ressources Phytogénétiques

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique des oléagineux annuels, Coordinateur de l’URAPCRG - CRRA Meknès

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique, Coordinateur de l’URAPCRG – CRRA Meknès

L’amélioration génétique, la conservation et la gestion des ressources génétiques et la sélection de variétés productives, à grand potentiel technologique et adaptées aux contraintes biotiques et abiotiques sont les créneaux de recherche les plus présents au niveau du centre régional de Meknès. Cela concerne aussi bien les arbres fruitiers (rosacées fruitières, olivier, figuier, grenadier, caroubier, etc.) que les cultures annuelles (céréales, légumineuses, oléagineux). C’est pour cela que l’Unité de Recherche d’Amélioration de Plantes et Conservation de Ressources Phyto-Génétiques (URAPCRPG) revête une importance stratégique au niveau du CRRA de Meknès, en particulier, et au niveau de l’INRA, en général. Elle est aussi importante de par l’effectif de ses ressources humaines, en comparaison avec les autres unités de recherche relevant du CRRA de Meknès.

Les activités de l’URAPCRPG concernant le programme de recherche à moyen terme (PRMT) 2017-2020 ont été inscrites dans le cadre de trois mégaprojets : Céréales-Légumineuses-Oléagineux, Arboriculture-Viticulture et Olivier. Dans cet article sont présentés les acquis et résultats saillants de l’UR ayant marqué la période de ce PRMT. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Acquis de recherche en Agronomie et Physiologie des Plantes pour la gestion durable des systèmes de production agricoles

Dr Rachid Razouk, Chercheur en agrophysiologie des arbres fruitiers et de l’olivier (URAPV - CRRA Meknès)

Dr Rachid Razouk, Chercheur en agrophysiologie des arbres fruitiers et de l’olivier (Chargé de l’URAPV – CRRA Meknès)

Devant les effets des changements climatiques sur l’agriculture marocaine, aussi bien recensés à nos jours qu’attendus dans les années à venir, le développement de techniques de gestion durable des systèmes de production agricoles reste impératif. Il s’agit d’un axe stratégique de recherche, retenu prioritaire dans différentes unités de recherche de l’INRA, dont l’Unité de Recherche Agronomie et Physiologie Végétale (URAPV), relevant du Centre Régional de la Recherche Agronomique de Meknès. Au niveau de cette dernière, les thèmes de recherche portent globalement sur i) l’optimisation des techniques culturales (irrigation, fertilisation) des principales filières agricoles à l’échelle régionale et ii) l’amélioration des technologies et pratiques agro-écologiques (tolérance à la sècheresse, agroforesterie et associations culturales, semis direct, rotations culturales). Dans cet article, nous présentons un aperçu sommaire des principaux acquis de recherche à l’URAPV sur cet axe, concernant les filières des céréales, légumineuses, oléagineuses et arboricoles. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Bilan 2017-20 des recherches en Gestion des Ressources Naturelles, Socio-Economie et Qualité

Dr Aziz Fadlaoui, agroéconomie, Coordinateur de l'URGRNSEQ - CRRA Meknès

Dr Aziz Fadlaoui, agroéconomiste, Coordinateur de l’URGRNSEQ – CRRA Meknès

L’Unité de Recherche Gestion des Ressources Naturelles, Socio-Economie et Qualité se démarque par son caractère transdisciplinaire comme en attestent les profils des chercheurs. Les disciplines représentées au sein de l’unité portent sur les sciences de l’alimentation, les sciences du sol et les prévisions des impacts des changements climatiques, et les sciences économiques. Les activités de recherche et de R&D, menées au cours de la période 2017-2020, ont été inscrites dans deux principales orientations. Il s’agit de : 1) la promotion de la valorisation des produits agricoles par la transformation agroalimentaire et la démarche qualité ; et 2) la gestion conservatoire des ressources naturelles et le développement des bonnes pratiques agricoles préservatrices de l’environnement et résilientes aux changements climatiques. Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Acquis des Recherche en Protection des Plantes 2019-2020

Dr. El Hassan Achbani, Directeur de Recherche et Coordinateur de l’URPP – CRRA Meknès

Dr. El Hassan Achbani, Directeur de Recherche et Coordinateur de l’URPP – CRRA Meknès

 

L’Unité de Recherche Protection des Plantes (URPP) est impliquée dans différents projets de recherche « PRMT » financés par le budget de l’INRA et d’autres par des financements externes. Nous essaierons dans ce qui suit de donner un aperçu sur une partie de ces travaux de recherche qui touchent principalement deux secteurs, les céréales et l’arboriculture :

Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

Edito : La recherche scientifique au service de la nouvelle stratégie Génération Green 2020-2030.

Dr Ahmed El Bakkali (Biotechnologie et amélioration des plantes, URAPCRG, CRRA Meknès)

Dr Ahmed El Bakkali, chercheur en biotechnologie et amélioration des plantes (URAPCRG – CRRA Meknès)

L’année 2020, a été une année difficile sur tous les plans ; sanitaire, social et économique. Malgré les contraintes liées à la pandémie, l’INRA, par son positionnement scientifique et technologique, a multiplié ses efforts pour assurer la continuité des travaux de recherche au profit de l’agriculture marocaine. Ainsi, de nouveaux programmes de recherche à moyen terme (PRMT), pour la période 2021-2024, ont été établis en concertation avec les principaux acteurs institutionnels et professionnels du secteur agricole au Maroc. Ces programmes couvrent les différentes filières prioritaires et émergeantes (olivier, arboriculture-viticulture, céréaliculture, palmier dattier, cactus, etc.), les domaines prioritaires (agriculture digitale, parcours, etc.) et les axes transverses (biotechnologie, valorisation, chaine de valeur, etc.). La finalité principale de ces programmes de recherche est de répondre à la nouvelle stratégie agricole nationale Génération Green 2020-2030 qui intervient aussi en consolidation des actions entreprises dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV).

Le transfert des innovations et leur communication est une partie prenante du travail des équipes de recherche domiciliées à l’INRA. D’ailleurs lors de l’élaboration des nouveaux programmes de recherche, une attention particulière a été accordée à l’aspect de ‘transfert’ qui reste intimement lié à l’aspect de ‘communication’. Sans l’un et l’autre, la communauté scientifique, les professionnels et les étudiants ne pourraient avancer. A cet égard, et comme à l’accoutumée, « INRA Meknès Magazine » offre aux lecteurs quatre articles inscrits dans le cadre des travaux de recherche conduits dans le centre Régional de la Recherche Agronomique de Meknès. Les thématiques proposées dans cette présente édition touchent à différents aspects et couvrent des sujets de recherche qui s’alignent parfaitement avec les orientations et les objectifs de la nouvelle stratégie Génération Green 2020-2030 à savoir : l’amélioration de l’efficacité hydrique, le développement de l’agriculture digitale, la promotion de l’agriculture solidaire, l’augmentation de la productivité et le développement de nouvelles variétés productives et résilientes au changement climatique.

Ainsi, le premier article traite la tolérance à la sécheresse chez l’olivier, notamment l’aspect du déficit hydrique dont l’impact est indéniable sur la productivité de cette culture. A travers cet article, l’auteur a mis l’accent sur l’importance de la mise en place d’outils et de descripteurs morpho-physiologiques permettant l’identification et la sélection de variétés plus adaptées à la sécheresse. Toujours sur olivier, la deuxième publication s’intéresse à l’agriculture de précision dans le secteur oléicole. Une telle thématique trouve toute son importance dans la gestion modulée des systèmes de production intensifs et hyper-intensifs et ainsi répondre aux différents impératifs économiques et environnementaux qu’exige la conjoncture actuelle. Conscient de l’impact du digital sur l’agriculture de demain, l’auteure a présenté un aperçu sur l’apport et la faisabilité d’appliquer des approches relevant de l’agriculture de précision pour la mise en place d’outils d’aide à la décision en vue d’une gestion raisonnée des oliveraies. Le troisième article s’intéresse quant à lui à la diversité génétique du noyer au Maroc. Malgré les nombreux atouts de cette espèce lui valant le caractère de ‘culture stratégique’ pour les zones de montagne, les travaux de recherche sur le noyer restent très limités. A cet égard, l’article a mis l’accent sur l’importance et la spécificité du patrimoine génétique local du noyer. Ce travail constitue une ébauche de recherche pour de nouveaux programmes portant sur la sélection de nouvelles variétés pouvant servir à l’extension et la modernisation de cette culture et ainsi promouvoir l’agriculture dans les zones de montagne. Enfin, le dernier article est une synthèse du secteur des céréales au Maroc. Les auteurs ont apporté un éclairage sur les atouts et les difficultés de cette filière et le rôle que l’INRA joue, tant sur les plans scientifique que technologique, pour la création variétale et la promotion de la céréaliculture au Maroc dans le contexte du changement climatique.

Bonne lecture.

Publié dans Non classé | Commentaires fermés

TOLERANCE A LA SECHERESSE CHEZ L’OLIVIER : IDENTIFICATION DE MARQUEURS MORPHO-PHYSIOLOGIQUES DISCRIMINANTS ET CLASSEMENT DE 32 VARIETES. Par Rachid Razouk et Ahmed El Bakkali

Dr Rachid Razouk, Chercheur en agrophysiologie des arbres fruitiers et de l’olivier (URAPV - CRRA Meknès)

Dr Rachid Razouk, Chercheur en agrophysiologie des arbres fruitiers et de l’olivier (URAPV – CRRA Meknès)

La sécheresse est le stress environnemental majeur qui affecte fréquemment et significativement les niveaux des productions agricoles au Maroc. Les efforts déployés par l’Etat en termes de gestion et d’économie d’eau en agriculture, dont les plus importants sont la construction des barrages et la promotion de l’irrigation localisée, restent désormais insuffisants pour satisfaire la demande en eau qui augmente continuellement, conjuguée à la faiblesse et l’irrégularité de la pluviométrie (Hssaisoune et al., 2020). D’autres stratégies devraient donc être prises en agissant en aval pour consolider ces efforts, notamment en matière d’optimisation de l’irrigation déficitaire et la sélection de matériel végétal tolérant à la sècheresse. Ces stratégies, faisant appel à la recherche agronomique, sont toutes les deux intéressantes à entreprendre, bien que la deuxième stratégie semble plus justifiée dans le cas de l’olivier, étant largement cultivé en pluvial ou sous régimes sévères d’irrigation déficitaire. En outre, la sélection de variétés d’olivier tolérantes à la sécheresse est un objectif de recherche prometteur en raison de la rusticité de l’espèce et de sa tolérance connue à la sécheresse.

Dans ce contexte, deux essais complémentaires ont été menés sur une collection de variétés méditerranéennes d’olivier au domaine expérimental de l’INRA à Ain Taoujdate. Le premier essai a consisté en l’évaluation de la réponse au stress hydrique, induit tout au long du cycle de croissance des arbres, chez cinq variétés : « Arbequine », « Frantoio », « Madural », « Picholine Marocaine » et « Seviellanca ». En effet, pour chacune de ces variétés, deux régimes hydriques, pluvial et irrigué, ont été comparés sur la base des niveaux de croissance végétative (surface foliaire, densité du feuillage) et de production (rendement en fruit, rendement en huile, calibre du fruit, teneur en huile). Dans le deuxième essai, un screening morpho-physiologique pour la tolérance à la sècheresse a été réalisé sur 32 variétés, incluant celles testées pour la réponse au stress hydrique dans le premier essai. Ce screening s’est basé sur certains traits liés à l’efficience d’utilisation de l’eau et la régulation du statut hydrique chez l’olivier, à savoir : nombre de feuilles par inflorescence, nombre de feuilles par 10 cm de la pousse (densité du feuillage), surface foliaire, densité du bois, élasticité du pétiole, taux de déshydratation de feuilles détachées à 30°C, densité stomatique et taille des stomates (évaluée par mesure de la longueur du pore stomatique).

Continuer la lecture

Publié dans Non classé | Commentaires fermés