STRATÉGIE DE DÉPLOIEMENT DES VARIÉTÉS DES BLÉS POUR ACCROÎTRE LA DURABILITÉ DE LA RÉSISTANCE AUX MALADIES PRÉVALENTES AU MAROC. Par Abdelhamid Ramdani (INRA CRRA Meknès)

Dr Abdelhamid Ramdani, Chercheur Phytopathologie / Amélioration (URPP - CRRA Meknès)

Dr Abdelhamid Ramdani, Chercheur Phytopathologie / Amélioration (URPP – CRRA Meknès)

Le blé subit de nombreuses contraintes biotiques partout dans le monde. L’impact de chacune sur le rendement en grains dépend de la zone agro-écologique. En guise d’exemple, la rouille jaune, la septoriose, la rouille noire, la rouille brune et les pourritures racinaires sont les maladies les plus redoutables dans les conditions marocaines (Planches ci-dessous) et pourraient  réduire le rendement en grains de 30%. La récolte pourrait même être perdue en totalité lorsque des infections sévères sont combinées à la sécheresse. Ainsi, la pyramidalisation (l’accumulation) de plusieurs gènes de résistance chez le blé est la meilleure stratégie pour assurer une longévité d’une telle résistance. Or, la pyramidalisation  est un processus fastidieux, long et couteux. De plus, chaque agent pathogène peut avoir diverses races dans différentes régions. Outre, les ressources disponibles pour les programmes nationaux limitent le nombre de maladies pouvant être incluses dans les objectifs de sélection, malgré l’existence d’une variation génétique en termes de réponse à la plupart des pathogènes. Ainsi, les pathologistes et améliorateurs se concentrent plutôt sur les agents pathogènes les plus redoutables. Par ailleurs, un déploiement judicieux des variétés commerciales assurerait une longévité de la résistance.

Figure 1: Evolution de la prévalence (% de champs infesté) de la rouille noire au Maroc  de  2017à 2021

Figure 1: Evolution de la prévalence (% de champs infesté) de la rouille noire au Maroc de 2017à 2021

Il est à signaler que la rouille jaune est devenue de plus en plus répandue et sévère dans presque toutes les zones céréalières et constitue désormais une réelle menace pour la production du blé au Maroc. La rouille noire autrefois sans importance est de plus en plus répandue au Maroc (Figure 1).

Au cours des dernières saisons, nous assistons à une augmentation importante de son occurrence, en passant en 2017-2018 de 2% de champs de blé tendre infestés  à 62% et 59% des champs de blé tendre et de blé dur en 2020-2021 respectivement (Figure 1). L’augmentation de la prévalence/sévérité de la rouille noire au Maroc confirme sa réémergence à grande échelle dans le bassin méditerranéen observée depuis 2015-16. Un tel changement dans la prévalence et la sévérité des rouilles, jaune et noire, est probablement dû à des changements de virulence et, par conséquent, à une perte d’efficacité des gènes majeurs (Yr et Sr) et/ou à des changements climatiques qui favorisent l’épidémie de ces deux rouilles.

L’augmentation importante de l’occurrence de la rouille noire est aggravée  par le fait que toutes les variétés de blé commercialisées au Maroc  sont très sensibles, comme approuvé par des études menées à Meknès en 2019-2020  et à Njoro-Kenya  en 2011-2012. Particulièrement, les variétés de blé tendre ‘Khadija’, ‘Snina’ et ‘Faïza’ nouvellement commercialisées ont manifestées une très grande sensibilité à la rouille noire (observée à Annoceur en 2019-20) et à la rouille jaune (observée à Douyet en 2018-19). A cet effet, la mise en place d’un programme de sélection et un déploiement judicieux des variétés résistantes seraient en mesure de garantir  la durabilité de la stratégie de lutte contre ces maladies redoutables qui menacent la production du blé.

C’est dans cette optique où une étude a été menée en 2020-21 visant à  évaluer le niveau de résistance des variétés de blé dur et de blé tendre aux principales maladies. Ceci à travers des essais au niveau de six stations expérimentales de l’INRA, représentant différentes zones agro-écologiques. L’objectif est de  proposer une stratégie de déploiement judicieux des variétés commerciales disponibles et éviter ainsi une cassure rapide de la résistance aux maladies prévalantes.

Au total, 28 variétés commerciales de blé tendre et 21 de blé dur ont été testées à Allal Tazi, Annoceur, Douyet, CRRA Meknès, Marchouch et Afourar, représentant différentes zones agro-écologiques.

Les résultats acquis ont montré que les maladies les plus répandues sur le blé tendre étaient la septoriose, la rouille jaune et la rouille noire. Les stations Allal Tazi, CRRA Meknès et  Annoceur-Douyet étaient des environnements idéaux pour la sélection  pour la résistance à la Septoriose, la rouille noire et la rouille jaune, respectivement (Tableau 1).

Tableau 1 : Sévérité moyenne des maladies prévalentes sur le blé tendre dans différentes stations expérimentales de l'INRA durant la saison 2020-2021

Tableau 1 : Sévérité moyenne des maladies prévalentes sur le blé tendre dans différentes stations expérimentales de l’INRA durant la saison 2020-2021

La présente étude montre que les variétés de blé tendre recommandées pour les zones sujettes aux attaques de septoriose sont Blini, Bandera, Guadalete, Kharouba, Radia, Granota, Zenzibar et Wafia. Celles qui ont montré un très bon niveau de résistance à la rouille jaune dans   trois sites expérimentaux (Douyet, Annoceur et CRRA Meknès) et qui pourraient ainsi être recommandées pour les zones sujettes à cette maladie sont Mahdia, Fadila, Faiza, Najia, Kharouba, Bandera et Wafia. Les variétés les plus prometteuses en ce qui concerne la résistance à la rouille noire sont Fadila, Mahdia, Wafia, Tilila, Amal et Aguilal. Ces six variétés  sont recommandées pour les zones sujettes aux attaques de la rouille noire.

Il en ressort que Fadila et Mahdia sont les meilleures variétés en ce qui concerne la résistance à la fois à la rouille noire et à la rouille jaune, mais ne sont pas recommandées pour les zones sujettes aux attaques de septoriose. Par contre, la variété Wafia est la seule qui présente en même temps un très bon niveau de résistance à la septoriose et aux rouilles jaune et noir (Tableau 2).

En récapitulant, les variétés de blé tendre qui ont exhibé simultanément un bon niveau de résistance à au moins deux maladies figurent dans le Tableau 2, et aucune variété n’est recommandée pour tous les environnements à l’exception de Wafia.

Tableau 2: Les variétés de blé tendre qui ont exhibé simultanément un bon niveau de résistance à au moins deux maladies

Tableau 2: Les variétés de blé tendre qui ont exhibé simultanément un bon niveau de résistance à au moins deux maladies

L’ensemble des variétés testées de blé dur ont montré un bon niveau de résistance à la septoriose et à la rouille brune à Allal Tazi et à la rouille jaune à Douyet. En revanche, ‘Irden’ et ‘Marouan’ étaient très sensibles à la rouille jaune à Annoceur. Notons que le blé dur n’a pas été évalué pour la résistance à la rouille noire.

Le fait que presque toutes les variétés commerciales de blé tendre soient fortement sensibles à la rouille noire ouvre la voie à la mise en œuvre urgente d’une stratégie de sélection anticipative pour la résistance à cette maladie en utilisant par exemple Wafia, Fadila et Mahdia comme donneurs de résistance.

 

Attaque précoce de rouille jaune

Attaque précoce de rouille jaune

Effet des maladies foliaires du blé sur le rendement via la réduction du PMG

Effet des maladies foliaires du blé sur le rendement via la réduction du PMG

Attaque de rouille noire sur tige

Attaque de rouille noire sur tige

Attaque simultanée de rouille jaune et rouille noire

Attaque simultanée de rouille jaune et rouille noire

Attaque de septoriose

Attaque de septoriose

Attaque de rouille noire sur épi

Attaque de rouille noire sur épi

Ce contenu a été publié dans Céréales, Protection des plantes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.