Impact de la fertilisation azotée sur la productivité des associations binaires céréales légumineuses : choix des tuteurs et qualité fourragère. Rajae Kettani (URAPV – CRRA Meknès)

Raja Kettani, agrophysiologie des cultures annuelles et fourragères - URAPV – CRRA Meknès

Raja Kettani, agrophysiologie des cultures annuelles et fourragères – URAPV – CRRA Meknès

Introduction

L’amélioration de l’autonomie en protéines fourragères d’un élevage implique l’augmentation de la part des associations fourragères céréales légumineuses. En effet, elles présentent de nombreux avantages agronomiques qu’il faut souligner: produit équilibré en protéines par rapport à des céréales pures, ensilage pourvu en azote, bonne compétitivité vis-à-vis des adventices et une résistance accrue du mélange aux maladies. La fertilisation azotée est un facteur de réussite des associations binaires. La présence d’une légumineuse ne dispense pas de l’apport d’azote comme on pourrait le croire car le protéagineux ne fourni pas d’azote à la céréale pendant le cycle cultural en cours puisque les reliquats ne sont disponibles qu’après la récolte. L’autre facteur important à maitriser au niveau des associations est la proportion de chaque espèce dans le produit récolté. Aussi, la proportion des légumineuses à la fauche et les tuteurs choisis visent à améliorer significativement les valeurs énergétiques et protéiques du fourrage et donc sa qualité.

Matériel et méthodes

L’essai est conduit au Domaine expérimental de Douyet de 1′IN.R.A (Fès) à étage bioclimatique semi-aride pour tester de nouvelles associations binaires à savoir une vesce

Figure 1 : Effet du tuteur sur l'évolution du peuplement à la coupe

Figure 1 : Effet du tuteur sur l’évolution du peuplement à la coupe

6242 de type hivernal, précoce, très productive en fourrage vert et résistante à l’alternariose et au botrytis (INRA Maroc) et quatre tuteurs précoces à moyennement précoces: une avoine « nasr » productive en matière verte et résistante à la rouille, (INRA Maroc), deux orges précoces et hautes: « amalo » (INRA Maroc) et « kaws » (Espagne) et un triticale « forricale » rustique, très tolérant à la verse et productif (France). Trois modalités de fertilisation ont été comparées (0, 60 et 120 UN/ha). Le semis a eu lieu pendant la deuxième semaine de Novembre 2013 après une préparation habituelle du lit de semences et un enfouissement des engrais phosphatés de 60 UP/ha pour améliorer l’efficacité de l’utilisation de l’azote par les plantes. La dose de semis est calculée selon les proportions pondérales des semences en poids de vesce et d’avoine pour permettre l’obtention d’un peuplement en plants composé de 50% de vesce et 50% du tuteur. Les traitements employés, qui font varier à la fois le type du tuteur et la dose d’ammonitrate à 33% sont N0: 0 unité d’azote (témoin); N30+30: 30 unités d’azote au semis et 30 unités au tallage; N60+60: 60 unités d’azote au semis et 60 unités au

Figure 2 : Rendement fourrager des associations étudiées

Figure 2 : Rendement fourrager des associations étudiées

tallage. Pour évaluer l’influence du tuteur et de l’azote sur l’évolution du peuplement et la production des associations étudiées, les critères suivants ont été retenus: la production de matière sèche, la teneur en matière sèche du fourrage, et la proportion de la vesce obtenue au niveau du peuplement. L’analyse de variance est réalisée par le logiciel SPSS IBM (test F) et les graphiques par le logiciel Excel.

Résultats et discussion

Les résultats obtenus montrent que la proportion de la vesce à la coupe est plus faible en association avec l’orge « amalo » (17%) et avec l’avoine nasr (21%) et plus élevée avec le triticale « forricale » (40%) suivi de « kaws « (29%). La meilleure qualité du fourrage à la coupe est obtenue avec les tuteurs « kaws » et « forricale » à la dose de 60 UN / ha (Fig.1). Par contre, la proportion de la vesce à la coupe baisse avec la dose de 120 UN/ ha d’une manière générale quel que soit le tuteur étudié (Fig.2).
Au niveau de la production en matière sèche, la meilleure association significativement supérieure aux autres est kaws/6242-120 UN avec 9 TMS/ha et une proportion de vesce au niveau du peuplement de 29% à la coupe. Cette même association présente aussi une teneur maximale en matière sèche du fourrage de 83% (Fig. 3). Par contre, l’association qui offre une excellente composition du peuplement à la coupe est forricale/6242-60UN avec une proportion de la vesce à la coupe de 40% et une teneur en matière sèche de 70 %.

Figure 3 : Teneur en matière sèche du fourrage à la coupe

Figure 3 : Teneur en matière sèche du fourrage à la coupe

 

Conclusions

Les résultats obtenus montrent qu’il est possible d’améliorer nettement la production et la qualité des associations fourragères en bour à travers un bon choix des variétés en mélange et une fertilisation azotée appropriée et adaptée à l’objectif de production.
Dans les conditions bioclimatiques (semi-aride à hiver tempéré), les résultats obtenus nous conduisent à retenir deux types d’associations pour deux objectifs de production différents.

1- L’association orge kaws/6242 combinée à une fertilisation de 120 UN/ha permet une augmentation de la productivité de 45% par rapport à la moyenne de la région. Elle permet aussi de tripler la proportion de la vesce à la récolte et d’améliorer la qualité du fourrage, ainsi qu’une augmentation et de la teneur en matière sèche de 27% et donc une meilleure concentration nutritive.

2- L’association forricale/6242-60UN offre une meilleure composition du peuplement à la coupe avec une proportion de la vesce de 40% et une hausse de 17% de la teneur en matière sèche du fourrage. Si l’éleveur opte pour ce choix, le fourrage récolté aura un bon équilibre énergie/azote permettant de mieux couvrir les besoins des vaches allaitantes et des génisses d’élevage.

Photo 1 : Association binaire vesce 6242-avoine nasr au stade de coupe (floraison vesce, début épiaison avoine).

Photo 1 : Association binaire vesce 6242-avoine nasr au stade de coupe (floraison vesce, début épiaison avoine).

Photo 2 : Tuteurs étudiés. Orge kaws (devant), avoine nasr (milieu) et triticale (fond de la photo).

Photo 2 : Tuteurs étudiés. Orge kaws (devant), avoine nasr (milieu) et triticale (fond de la photo).

 

Ce contenu a été publié dans Agronomie, Céréales, Cultures fourragères, Grandes cultures, Légumineuses alimentaires, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.