FERTILISATION MINERALE D’AMANDIER SOUS LES CONDITIONS PLUVIALES. Par Aboumadane Hicham (INRA CRRA Tanger)

Aboumadane Hicham (Chercheur, INRA CRRA Tanger)

Ir Aboumadane Hicham (Chercheur, INRA CRRA Tanger)

L’amandier est l’une des principales cultures occupant les zones marginales dans le pourtour méditerranéen, en raison de son adaptation à la sécheresse (Prgomet et al., 2017). Les vergers pluviaux de l’amandier ont une grande importance sociale dans les territoires à faible potentiel agro-écologique (Arrobas et al., 2019). Cependant, ces vergers pluviaux étaient installés de manière traditionnelle, caractérisés ainsi par des faibles niveaux de production (Almagro et al., 2016). Selon les statistiques de la FAO, le rendement est très faible, variant entre 300 et 700 kg/ha d’amandes non-décortiquées (FAOSTAT, 2018). Par ailleurs, la filière d’amandier dans la région d’Al-Hoceima a connu une extension remarquable, engendrant des problèmes d’ordre nutritionnels, puisque les plantations occupent des terrains de fertilité différente. En absence de toute restitution, des signes de mal nutrition et de mortalité sont observées.

La fertilisation minérale est l’une des composantes essentielles de la conduite technique des cultures. L’application d’engrais dans le sol est principalement utilisée pour augmenter la disponibilité des nutriments pour les plantes, et donc pour augmenter le rendement de la culture. La plupart des études sur la fertilisation d’amandier ont été réalisées en conditions irriguées (Saa et al., 2014 , 2017; Saiful et al., 2015, 2018) et les résultats ne sont pas parfaitement adaptés aux conditions pluviales.  Notons que leurs recommandations en termes de fertilisants peuvent être de cinq jusqu’à dix fois supérieures à celles conseillées pour les vergers en culture pluviale (LQARS, 2006 ; Arquero et Serrano, 2013). En absence de données sur la gestion de la fertilisation d’amandier sous les conditions pluviales, la présente étude a été donc entreprise, focalisée sur les trois éléments majeurs NPK.

L’étude a été réalisée au cours de l’année 2021 dans un verger d’amandier adulte conduit en bour, suivant un dispositif en blocs aléatoires complets. Le sol en verger expérimental est pauvre en matière organique, mais relativement riche en phosphore et potassium (Tableau 1). Les traitements de fertilisation comportaient quatre doses T1 : 150N, 100P, 200K g/arbre, T2 = 2T1, T3 = 3T1 et T4 = témoin sans apports. Les doses de fertilisation ont été répétées quatre fois et appliquées manuellement un mois avant la floraison. L’effet des différents traitements a été évalué par la mesure de la croissance des rameaux, la surface foliaire, le diamètre de la tige, l’analyse foliaire (40-50 jours après pleine floraison) et le rendement en amandes décortiquées.

Tableau 1 : Analyse chimique du sol

Tableau 1 : Analyse chimique du sol

Figure 1 : Précipitations mensuelles enregistrées au cours de la période expérimentale à partir d'une station météorologique située près du site de l’essai

Figure 1 : Précipitations mensuelles enregistrées au cours de la période expérimentale à partir d’une station météorologique située près du site de l’essai

Les résultats de l’analyse de la variance ont montré un effet significatif de la fertilisation azotée, phosphatée et potassique sur la croissance de l’amandier. L’augmentation des doses de N, P et K ont permis d’augmenter la surface foliaire et la longueur des rameaux. Ces résultats sont en accord avec ceux rapportés par Saiful et al., (2018). Ceci augmente le potentiel végétatif, participant ainsi à l’amélioration de la fructification en année suivante.

Parmi les traitements testés, T3 correspondant à la dose 450-300-600 g de NPK s’est distingué par son grand effet sur la surface foliaire (16,2 cm2) et la croissance des pousses (62,25cm) (Figure 2). Cependant, le traitement T2 a entrainé un grand effet sur le diamètre de la tige (1,7 cm). Ces valeurs restent généralement faibles à cause de la faiblesse de de la pluviométrie (Figure 1).

Figure 2 : Effet des traitements sur la surface foliaire, croissance des rameaux et le diamètre de la tige

Figure 2 : Effet des traitements sur la surface foliaire, croissance des rameaux et le diamètre de la tige

Les résultats de cet essai ont montré une réponse presque semblable des concentrations foliaires en trois éléments N, P et K (Figure 3). Les teneurs foliaires augmentent avec l’augmentation de la dose de fertilisants NPK. Par rapport au témoin, les teneurs foliaires en N, P et K des arbres traités se sont révélées largement supérieures permettant ainsi d’améliorer l’activité photosynthétique des feuilles et d’éloigner la date de senescence (Bi et al., 2003).

Figure 3 : Réponse des teneurs foliaires aux apports d'engrais N, P et K.

Figure 3 : Réponse des teneurs foliaires aux apports d’engrais N, P et K.

Cependant, l’analyse de la variance n’a montré aucun effet significatif de la fumure N-P-K

Figure 4 : Effet des traitements sur le rendement

Figure 4 : Effet des traitements sur le rendement

sur le niveau de rendement (Figure 4). Ceci serait dû à la variabilité importante remarquée au sein de chaque traitement. Bien que cela contredit la conclusion de Saiful et al., (2015) et Arrobas et al., (2019), ayant rapporté qu’il y a une relation directe entre l’augmentation de la dose de fumure et la croissance et rendement de l’amandier.

A la lumière des résultats acquis, il est conclu que les différentes doses appliquées influencent de manière significative la croissance de l’amandier. Le meilleur résultat de croissance a été enregistré par le traitement associant 450g d’azote, 300g de phosphore et 600 g de potassium. Notons que, l’effet des fumures N, P, K et leurs interactions sur la croissance végétative ne peut être démontré à court terme en sols peu fertiles. En outre, l’évolution de la fertilité à plus long terme devra être examinée pour établir une fumure NPK efficiente sous les conditions pluviales.

Références Bibliographiques

Arrobas M., Ribeiro A., Barreales D., Pereira E L., Rodrigues M Â., 2019. Soil and foliar nitrogen and boron fertilization of almond trees grown under rainfed conditions. European Journal of Agronomy 106. Pp. 39–48

Al-Harthi K., et Al-Yahyai R., 2009. Effect of NPK fertilizer on growth and yield of banana in Northern Oman. Journal of Horticulture and Forestry Vol. 1(8). pp. 160-167

Almagro, M., de Vente, J., Boix-Fayos, C., García-Franco, N., Melgares de Aguilar, J., González, D., Solé-Benet, A., Martínez-Mena, M., 2016. Sustainable land management practices as providers of several ecosystem services under rainfed Mediterranean agroecosystems. Mitig. Adapt. Strateg. Glob. Change 21, pp. 1029-1043.

Arquero, O., Serrano, N., 2013. Manejo del suelo. In: Arquero, O. (Ed.), Manual del Cultivo del Almendro. Junta de Andalucía, Consejería de Agricultura, Pescas y Desarrollo Rural, Sevilla, España. pp. 47–49

Bi G., Scagel C. F., Cheng L., Dong S., et Fuchigami L. H., 2003. Spring growth of almond nursery trees depends upon nitrogen from both plant reserves and spring fertilizer application. Journal of Horticultural Science & Biotechnology. vol 78 (6). pp. 853-858.

FAO (Food and Agriculture Organization of the United Nations), 2018. Crops. Accessed October 2018. http://www.fao.org/faostat/en/#data/QC

LQARS (Laboratório Químico Agricola Rebelo da Silva), 2006. Manual de Fertilização das culturas. Instituto Nacional de Investigação Agrária, Lisboa, Portugal.

Prgomet I, Gonçalves B, Domínguez-Perles R, Pascual-Seva N, Barros AIRNA (2017) Valorization challenges to almond residues: phytochemical composition and functional application. Molecules 22(10): E1774. https://doi.org/10.3390/molecules22101774

Saa, S., Brown, P.H., Muhammad, S., Olivos-Del Rio, A., Sanden, B.L., Laca, E.A., 2014. Prediction of leaf nitrogen from early season samples and development offi eld sampling protocols for nitrogen management in Almond ( Prunus dulcis [Mill.] DAWebb). Plant Soil 380. pp. 153–163 .

Saa, S., Fernández, E., Muhammad, S., Olivos-Del Rio, A., DeJong, T.M., Laca, E., Brown, P., 2017. Increases in leaf nitrogen concentration and leaf area did not enhance spur survival and return bloom in almonds ( Prunus dulcis [Mill.] DA Webb). Acta Physiol. Plant. 39, 107.

Saa S., Muhammad S., et Brown P.H., 2013. Development of Leaf Sampling and Interpretation Methods and Nutrient Budget Approach to Nutrient Management in Almond (Prunus dulcis (Mill.) D.A.Webb) Acta Hort. 984.

Saiful M., Sanden  B.L.,  lampinen B.D., Saa S., Siddiqui M.I., Smart D.R., Olivos A., Shackel K.A., DeJong T., Brown, P.H., 2015. Seasonal  changes   in   nutrient   content   and   concentrations  in   a  mature deciduous   tree   species:   Studies  in   almond   (Prunus  dulcis   (Mill.)D.   A.   Webb). European journal of agronomy 65. pp. 52-68

Saiful M., Sanden B.L.,  Saa S., Lampinen B.D., Smart D.R., Shackel K.A., DeJong T.M., Brown P.H., 2018   Optimization of nitrogen and potassium nutrition to improve yield and yield parameters of irrigated almond (Prunus dulcis (Mill.) D. A. webb). Scientia Horticulturae 228. pp. 204–212.

Socias i Company R., et Gradziel T.M., 2017. Almonds botany, production and uses. pp. 295-299.

Ce contenu a été publié dans Arboriculture fruitière, Fertilisation, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.