OBTENTION DE NOUVEAUX MUTANTS INTERESSANTS EN VUE DE DIVERSIFIER LE PROFIL VARIETAL DU SESAME MAROCAIN. Par Mohamed Kouighat(1), Souhail Channaoui(1,3), Mustapha Labhilili(2), Mohamed El Fechtali(1), Abdelghani Nabloussi(1)

Le sésame (Sesamum indicum L.) est une très ancienne culture oléagineuse, importante du point de vue agronomique, nutritionnel, thérapeutique et industriel. C’est une plante annuelle dont la semence est essentiellement riche en huile stable, avec des propriétés antioxydantes. Il est cultivé principalement dans les pays tropicaux et subtropicaux, mais il se trouve aussi dans des zones arides et le semiarides. Au Maroc, la production moyenne est d’environ 1800 t par an sur une superficie d’environ 2500 ha. Le rendement moyen reste faible (< 0,8 t/ha) en raison de plusieurs contraintes, telles que le manque de variétés sélectionnées, la sécheresse et la conduite technique non appropriée. De plus, le sésame présente encore quelques caractères sauvages, notamment la déhiscence de la capsule, la croissance indéterminée des plantes et la maturation asynchrone de la capsule, conduisant à un faible rendement en graines. La sélection variétale reste le seul moyen pour surmonter la plupart de ces contraintes. Pour ce faire, un niveau élevé de variabilité génétique doit être disponible. Cependant, une étude récente a montré que la diversité génétique des populations de sésame marocain est très faible. C’est dans ce contexte qu’une nouvelle variabilité génétique via la mutagénèse chimique a été induite sur la base de deux cultivars de sésame (l’un d’origine marocaine et l’autre américain).

Figure 1 : Croissance indéterminée de la plante témoin (a) en comparaison avec la croissance déterminée du mutant US1-5 (b).

Figure 1 : Croissance indéterminée de la plante témoin (a) en comparaison avec la croissance déterminée du mutant US1-5 (b).

Principaux résultats obtenus

Après caractérisation de la population M1obtenue par mutagénèse chimique (EMS), des mutants de sésame avec une croissance déterminée ont été observés et isolés (Figure 1). D’autre part, la comparaison de la longueur du système racinaire de certains mutants avec celui de leurs parents témoins, des mutants ayant des racines significativement plus longues ont pu être identifiés (Figure 2).

Figure 2: Système racinaire de certains mutants et de leurs témoins (US06 et ML13), au stade jeune plantule (A1 et B1) et plante mature (A2 et B2).

Figure 2: Système racinaire de certains mutants et de leurs témoins (US06 et ML13), au stade jeune plantule (A1 et B1) et plante mature (A2 et B2).

À notre connaissance, c’est la première fois que des mutants de sésame à fort système racinaire ont été obtenus et rapportés à l’échelle internationale, suggérant un potentiel de rendement élevé et de tolérance à la sécheresse. Par rapport aux parents avec des capsules bi-carpelles et une capsule par axile foliaire, deux mutants ayant, respectivement, des capsules multi-carpelles (Figure 3) et plusieurs capsules par aisselle de feuille (Figure 4) ont été obtenus. Ces derniers caractères constituent de bonnes et

Figure 3: Capsule bi-carpelle du contrôle US06 (a) vs capsule tétra-carpelle du mutant US2-7 (b).

Figure 3: Capsule bi-carpelle du contrôle US06 (a) vs capsule tétra-carpelle du mutant US2-7 (b).

précieuses caractéristiques agronomiques très recherchés chez l’espèce. La mutagénèse par EMS a induit également une variation au niveau de la pigmentation du tégument de la graine. Une couleur noire pâle a été observée dans le tégument du mutant « US2-6 » et une coloration brune foncée de l’enveloppe de la graine a été enregistrée dans le mutant « ML2-12 » (Figure 5). La

Figure 4: Le mutant ML2-68 avec trois capsules/axile (a) vs plante témoin ML13 avec seule capsule/axile (b).

Figure 4: Le mutant ML2-68 avec trois capsules/axile (a) vs plante témoin ML13 avec seule capsule/axile (b).

variation du tégument est liée à la composition chimique et biochimique de la graine de sésame. Par conséquent, les mutants obtenus seraient utiles pour améliorer certaines propriétés physiologiques, nutritionnelles, industrielles et médicinales du sésame marocain.

Figure 5: Graines blanches dans le contrôle US06 (a) vs graines noires pâles dans le mutant US2-6 (b), et les graines beiges dans le contrôle ML13 (c) vs graines brunes foncées dans le mutant ML2-12 (d).

Figure 5: Graines blanches dans le contrôle US06 (a) vs graines noires pâles dans le mutant US2-6 (b), et les graines beiges dans le contrôle ML13 (c) vs graines brunes foncées dans le mutant ML2-12 (d).

 

Conclusion

La mutagénèse chimique par EMS a induit des mutations viables et intéressantes, aussi bien dans le cultivar marocain que celui américain, pour certains traits agronomiques, morphologiques et biochimiques. Les mutants obtenus pourraient servir de germoplasme utile pour le programme d’amélioration et de sélection du sésame au Maroc.

————————————-

(1) : INRA, Centre Régional de la Recherche Agronomique de Meknès

(2) : INRA, Centre Régional de la Recherche Agronomique de Rabat

(3) : INRA, Centre Régional de la Recherche Agronomique d’Errachidia

Ce contenu a été publié dans Plantes oléagineuses, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.