CARACTERISATION PHYSICO-CHIMIQUE ET BIOCHIMIQUE DE L’HUILE DE SIX VARIETES MAROCAINES DE COLZA. Par Ibtissame Guirrou et Abdelghani Nabloussi (INRA CRRA Meknès)

Ir Ibtissam Guirrou-Chercheure, Technologie alimentaire, URGRNSEQ - CRRA Meknes

Ir Ibtissam Guirrou-Chercheure, Technologie alimentaire, URGRNSEQ – CRRA Meknes

Les oléagineux sont des plantes cultivées spécialement pour leurs graines riches en matières grasses. En moyenne, les graines de soja, lin, colza et tournesol contiennent, respectivement, 18, 33, 42 et 44% de matière grasse. Cette richesse en énergie est associée à des teneurs relativement importantes en protéines d’où leur appellation d’oléo-protéagineux (Guilloux et al., 2018).

Les principales espèces oléagineuses annuelles cultivées au Maroc sont le tournesol, le colza et l’arachide. Le tournesol constitue la principale culture oléagineuse avec toutefois des fluctuations importantes de superficies du fait que la culture est considérée par les agriculteurs comme une spéculation de substitution aux cultures d’automne ou d’hiver, en cas d’inondations ou de sécheresse de début de cycle. L’importance relative de l’arachide est diminuée par le fait que la production de cette espèce est plutôt destinée à la consommation de bouche qu’à la production d’huile. A l’opposé, la culture du colza s’impose de plus en plus en tant que l’une des composantes principales de la filière oléagineuse au Maroc.

Dans le cadre du Plan Maroc Vert, la production a été multipliée par 15 pour le colza, et a augmenté de 67% pour le tournesol. Le Maroc a ainsi produit 17.000 tonnes d’huile et 22.500 tonnes de tourteaux de colza et de tournesol en 2019. La nouvelle stratégie de développement du secteur agricole, baptisée « Génération Green 2020-2030 » a pour objectif d’atteindre 70.000 hectares de colza et tournesol à l’horizon 2030, ce qui permettrait d’atteindre une production de 126.000 tonnes de graines et une couverture de 10% des besoins du marché marocain.

Importance et intérêt des huiles végétales

Les huiles représentent une part importante du régime alimentaire chez l’Homme et contiennent de nombreux nutriments essentiels. A l’état naturel, l’huile est accompagnée de matières indésirables (phospholipides et pigments colorées…). Elles sont constituées de 99% de triglycérides et d’acides gras. Les composants mineurs sont la vitamine E, les phytostérols, les caroténoïdes, les polyphénols, etc. Chaque huile est caractérisée par sa composition en acides gras et en éléments en traces qui sont typiques de l’espèce végétale dont elle est extraite (Evrard et al., 2007).

L’intérêt nutritionnel de l’huile de colza est désormais reconnu par les nutritionnistes. Sa consommation permet de combler en partie le déficit en acide linolénique souligné dans diverses études. Sa composition en acides linoléique et linolénique, et le taux de répartition de ce dernier en position sont autant d’arguments en sa faveur, car ils permettent à l’huile de colza de se rapprocher des recommandations en matière d’apports nutritionnels (Vigneron et al., 2006).

Plusieurs recherches en matière d’amélioration génétique et culturale du colza ont été réalisées par l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) pour le développement de cette culture. Cependant, il y a une absence de caractérisation des huiles des variétés cultivées et celles obtenues par l’INRA, non encore commercialisées. Pour cela, un intérêt particulier est porté à la caractérisation des huiles des variétés de colza développées par l’INRA qui, en général, restent méconnues par l’interprofession de la filière oléagineuse.

Caractérisation des huiles des variétés de colza

Cette caractérisation a pris en compte l’influence des facteurs agro-environnementaux sur la composition physicochimique et biochimique de l’huile de six variétés marocaines de colza (Baraka, Narjisse, Moufida, Lila, Alia et Adila) développées et inscrites au catalogue officiel par l’INRA entre 2008 et 2018.

Figure 1: photo des graines des six variétés de colza étudiées

Figure 1: photo des graines des six variétés de colza étudiées

Les six variétés ont été semées et conduites dans deux environnements différents, Douyet (34° 05′ 16′′ nord, 5° 10′ 52′′ ouest, 400 mm, 4-43°C) et Allal Tazi (34° 31′11′′ nord, 6° 19′ 25′′ ouest, 529 mm, 13-27°C) selon un dispositif expérimental en blocs aléatoires complets avec trois répétitions.

Après extraction chimique de l’huile, un ensemble de 13 paramètres ont été analysés, à savoir la teneur en huile (TH), le rendement en huile (RDH), l’indice d’acidité (IA), l’indice de peroxyde (IP), l’indice d’iode (IO), l’indice de réfraction (IR), la densité (D), les caroténoïdes totaux (CT), les polyphénols totaux (PPT), les flavonoïdes totaux (FT), l’activité antioxydante (AO) par DPPH, la composition en acides gras (AG) et le rapport oméga6/oméga3 (ω-6/ω-3).

Les résultats de l’analyse de la teneur en huile des variétés étudiées (Figure 1) concordent parfaitement avec ceux rapportés dans la littérature, soient des valeurs moyennes qui se situent entre 38 et 42% (Channaoui et al., 2020). La variation observée au niveau de la teneur en huile comme d’autres paramètres ne peuvent provenir que de l’effet de la variété et de son environnement.

Figure 1 : Comparaison de la teneur en huile des différentes variétés évaluées dans les domaines expérimentaux de Sidi-Allal Tazi et de Douyet en présentant l’écart entre ces deux domaines.

Figure 1 : Comparaison de la teneur en huile des différentes variétés évaluées dans les domaines expérimentaux de Sidi-Allal Tazi et de Douyet en présentant l’écart entre ces deux domaines.

Les résultats obtenus ont montré des différences très significatives (p < 0,001) entre les deux environnements pour TH, RDH, PPT, FT et AO. Tandis que pour les autres paramètres à savoir IA, IP, IO, IR, D, AG et le rapport ω-6/ω-3, les environnements sont comparables.

En changeant leur environnement de culture, les variétés plantées ont montré des performances plus élevées dans les conditions de Allal Tazi que de Douyet en termes de RDH (7,2 contre 4,06 q/ha), TH (39,6 contre 37,3%), PPT (4,2 contre 3,9 mg AGE/100g), FT (0,27 contre 0,21 mgEC/1g) et AO (40,3 contre 21,8%). Au domaine expérimental de Douyet, les variétés de colza ont poussé sous conditions plus stressantes que celles du domaine expérimental de Allal Tazi où l’irrigation a été pleinement assurée. Le stress hydrique influence directement les caractéristiques de qualité des huiles des graines oléagineuses.

En ce qui concerne l’effet de la variété, les résultats ont montré aussi une variation significative (p < 0,001) entre les variétés étudiées pour tous les paramètres analysés, à l’exception d’IA et de PPT. Le facteur variétal a engendré, en effet, une variation de 10,8 à 17,1 q/ha pour RDH, de 36,7 à 39,9% pour TH, de 2,3 à 3,1 milliéquivalents d’oxygène actif/kg d’huile pour IP, de 80 à 108 pour IO, de 0,13 à 0,33mg/1g pour FT, de 22,7 à 42,8% pour AO et de 1,8 à 2,3 pour ω-6/ω-3.

En comparant tous les paramètres physicochimiques et biochimiques de ces variétés, nous pouvons conclure que les variétés ‘Moufida’ et ‘Alia’ ont montré les meilleures performances pour la plupart de ces paramètres. En plus, ces deux variétés ont pu garder leurs performances, même en changeant leur environnement de culture, témoignant de leur stabilité en tant que matériel génétique marocain intéressant sur le plan agronomique, nutritionnel et industriel.

Sachant que les consommateurs se montrent de plus en plus attentifs aux mentions relatives à l’origine, la santé et à la qualité des produits qu’ils achètent, la proposition d’une huile connue et présentant de bonnes qualités nutritionnelles serait désormais d’un grand intérêt pour le marché des huiles de table au Maroc. Quant aux huileries industrielles, elles ont bien compris qu’il n’est plus opportun de produire sans penser à l’environnement et à la demande du marché. De ce fait, la proposition de ces deux variétés représente un atout pour le développement de la filière oléagineuse marocaine. En revanche, des analyses additionnelles dans d’autres environnements (années) sont en cours à même de pouvoir confirmer les performances de ces variétés.

Références bibliographiques 

Guilloux G., David A. and Pouzet A. 2018. Oil & protein crops: differentiation through a quality approach. OCL – Oilseeds and Fats, Crops and Lipids 25(2) : D210.

Evrard J., Pagès-Xatart-Pares X., Argenson C., Morin O. 2007. Procédés d’obtention et compositions nutritionnelles des huiles de tournesol, olive et colza. Cahiers de Nutrition et de Diététique, volume 42-1 : P 13-2.

Channaoui, S., Hssaini, L., Velasco, L., Mazouz, H., El Fechtali, M., Nabloussi, A., 2020. Comparative Study of Fatty Acid Composition, Total Phenolics, and Antioxidant Capacity in Rapeseed Mutant Lines. J. Am. Oil Chem. Soc. 97, 397–407.

Vigneron P-Y., Caigniez J., Stoclin B. and Bregnard J-P. 2006. L’huile de colza : une huile multi-usages en devenir. Oilseeds and fats, Crops and Lipids (OCL), Volume 13(5) : 363–367.

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.