Edito. Par Dr. Abdelghani Nabloussi, Coordinateur de l’UR. Amélioration des Plantes et Conservation des Ressources Phytogénétiques (CRRA Meknès)

Dr Abdelghani Nabloussi, URAPCRG - CRRA Meknès

Dr Abdelghani Nabloussi, URAPCRG – CRRA Meknès

Nul ne doute de l’importance de la filière céréalière dans le tissu économique marocain, en général, et agricole, en particulier. L’enjeu est d’autant plus stratégique qu’il concerne la sécurité alimentaire du pays, notamment des petits et moyens agriculteurs. La consommation moyenne des principales céréales, à l’échelle nationale, est de l’ordre de 200 kg par habitant et par an, contre une moyenne mondiale d’environ 150 kg. Il est à rappeler que, dans notre pays, les céréales (dont les cultures fourragères) occupent jusqu’à 75% de la SAU totale, soit un peu plus de 5 millions de ha, et assurent, sous conditions climatiques favorables, jusqu’à 20% du PIB agricole. Dans le cadre du Plan Maroc Vert (PMV), un contrat programme de la filière céréalière a été cosigné en 2009 par le gouvernement et la Fédération Interprofessionnelle des Activités Céréalières (FIAC). Il vise une augmentation rationalisée de la productivité. A l’horizon 2020, l’objectif est d’atteindre une production globale de 7 millions tonnes, sur une superficie qui ne dépasse pas 4,2 millions hectares, permettant une réduction de 20% des importations dont la valeur actuelle varie de 6 à 8 milliards de dirhams. Cela représente environ 70% des importations agricoles et pèse très lourd sur la balance commerciale. Parmi les principaux axes de ce contrat programme il y a le renforcement des programmes d’encadrement et de recherche appliquée.

De par sa mission et son expertise dans le domaine de recherche et recherche-développement, l’INRA est interpelé à apporter sa contribution pour la réalisation des objectifs arrêtés par ledit contrat programme. Les programmes de recherche sur les céréales sont stratégiques et prioritaires et concernent l’amélioration variétale, l’amélioration de la conduite technique, la gestion intégrée des stress biotiques (maladies) et abiotiques (sécheresse) et l’étude des aspects socio-économiques relatifs à cette filière.

‘L’intensification durable des grandes cultures et diversification des systèmes de culture’ est l’une des quatre orientations de recherche retenues prioritaires à l’échelle du CRRA de Meknès. Dans cette orientation, deux programmes de recherche à moyen terme (PRMT) sont planifiés pour la période 2013-2016, dont celui relatif aux céréales ‘Amélioration de la productivité et durabilité de la filière céréalière’. Dans le cadre de ce PRMT céréales, plusieurs activités de recherche dans des disciplines et domaines transverses différents sont menées dans notre Centre.

Dans le présent numéro de ‘INRA-Meknès Magazine’, nous publions quatre articles, inscrits dans le cadre du PRMT « Céréales », et qui touchent des aspects différents. Le premier article, de son auteur Dr. Rajae Kettani, concerne l’évaluation de la productivité de plusieurs variétés commercialisées de blé tendre et blé dur en régime pluvial dans le Saïs. Le deuxième signé par Dr. Aziz Fadlaoui, traite des contrats d’agrégation de la filière céréalière dans le cadre du PMV. Le rôle de la sélection participative dans la création variétale des céréales est l’objet du troisième article de Melle. Sahar Bennani, alors que le dernier papier , dont la publication est reprise dans ce numéro, est élaboré par Mr Abdelhamid Hamal au sujet du Brome Rigide, adventice des Céréales dans les Régions du Saïs.

Ce contenu a été publié dans Céréales, Editorial, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.