Qui sont les jeunes des zones rurales défavorisées ? Quelles opportunités de leur mobilisation pour le développement ? Par N. Bahri, A. Bentaïbi (INRA-CRRA Meknès) et T. Desrues (IESA Cordoue, Espagne)

Ir Noureddine Bahri, Information-Communication, SRD - CRRA Meknès

Ir Noureddine Bahri, Information-Communication, SRD – CRRA Meknès

La question de l’intégration et de la mobilisation des jeunes ruraux pour le développement agricole et rural est à l’ordre du jour plus que jamais et ce dans le cadre notamment du chantier de revue des orientations et objectifs du Plan Maroc Vert en rapport avec le développement des zones rurales défavorisées. A travers le déploiement de plusieurs stratégies de vie, les jeunes se positionnent en effet en acteur principal de développement en zones rurales pauvres du Maroc qui connaissent de continuelles dynamiques de changement amorçant dans certains cas de réelles mutations.

Ainsi, et pour bien comprendre les logiques et les stratégies des jeunes générations rurales, il s’avère nécessaire de considérer le contexte local en interaction avec les dynamiques globales. Une approche globale d’investigation doit permettre en l’occurrence de prendre en compte les différentes dimensions de la vie juvénile et de la participation citoyenne des jeunes, en relation avec l’organisation sociale et économique locale et avec une profondeur historique suffisante.

Afin de contribuer à une meilleure connaissance de la jeunesse rurale, une étude a été conduite au sein de trois zone rurales du Moyen Atlas caractérisées par (i) une situation de contraintes sociale, économique et écologique et un niveau supérieur de pauvreté, (ii)  un dynamisme socio-économique qui préside à l’offre d’opportunités de vie pour les jeunes facilitant ainsi leur intégration dans le tissu productif local et (iii) une dynamique collective locale, impulsée aussi bien par les structures socioprofessionnelles locales que par les nouveaux acteurs de la société civile locale. Continuer la lecture

Publié dans Socioéconomie | Marqué avec , , , , , , , | Commentaires fermés

Analyse des déterminants de l’entrepreneuriat des jeunes ruraux diplômés : Cas des communes rurales de la préfecture de Meknès. Par E.H. Bouichou, N.Bahri et A.Bentaibi

El Houssain Bouichou, PhD student, Technicien au CRRA Meknès

El Houssain Bouichou, PhD student, Technicien au CRRA Meknès

L’entrepreneuriat, option stratégique pour la promotion de l’emploi des jeunes, constitue une solution attrayante pour les jeunes ruraux diplômés à travers l’auto-emploi porteur de création d’activité, de valeur et d’amélioration de la productivité ainsi que de croissance économique par voie de conséquence.

La problématique du développement rural a été longtemps marquée par une mobilisation incomplète des opportunités locales dans le milieu rural et ce malgré l’existence de potentialités importantes en matière de création d’activités économiques insuffisamment exploitées. On assiste à une saturation des activités agricoles classiques, essentiellement dans l’agriculture familiale et communautaire qui constitue la plus grande source de revenu et un moyen de stabilité pour la grande majorité des foyers ruraux comptant avec la dynamique amenée tout particulièrement par le Plan Maroc Vert.

Pour alimenter cette réflexion, il convient d’examiner de plus près les déterminants des intentions entrepreneuriales déclarées par les jeunes ruraux et d’évaluer leur esprit d’entreprendre. C’est dans cette optique qu’a été menée une enquête au niveau des communes rurales de la préfecture de Meknès auprès de 90 jeunes diplômés, dont 70 jeunes hommes et 20 jeunes femmes avec une moyenne d’âge de 33 ans. Ces jeunes ont été approchés par un questionnaire et par des observations directes. Les données collectées ont été traitées moyennant une analyse descriptive et l’Analyse Factorielle des Correspondances Multiples (AFCM). Continuer la lecture

Publié dans Socioéconomie | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés

Evaluation de la qualité des eaux de la nappe phréatique dans le bassin du Saïs. Par Dr Karima Bouhafa, Abdelhakim Lahjouj et Abdellah El Hmaidi

Dr Karima Bouhafa, chercheuse en sciences du sol (URGDRNESR - CRRA Meknès)

Dr Karima Bouhafa, chercheuse en sciences du sol (URGDRNESR – CRRA Meknès)

Le secteur agricole est en évolution continue grâce à la stratégie nationale « Plan Maroc Vert » adoptée par le Ministère de l’Agriculture, visant l’augmentation de la productivité de différentes filières. Pour atteindre les objectifs assignés par ce plan, une intensification agricole s’impose. Cette dernière aura certainement un impact négatif sur l’environnement. En effet, l’utilisation abusive des engrais chimiques notamment azotés, sans tenir compte de la nature des sols, des besoins des cultures et des conditions climatiques de l’année rend les fertilisants facilement lessivables vers la nappe phréatique et plus particulièrement l’azote nitrique qui est très mobile dans le sol. Il en résulte ainsi une contamination des eaux souterraines. Cette contamination de la nappe phréatique diminue le potentiel de la qualité des ressources hydriques, génère un risque sanitaire pour la population rurale et compromet le développement socio-économique du pays.

Une étude a été réalisée dans le bassin de Sais dont l’objectif est de déterminer  la qualité des eaux de la nappe phréatique, en référence aux normes de potabilité. Ce travail a porté sur 54 échantillons d’eau prélevés de manière aléatoire sur tout le bassin, durant la période s’étalant entre Mars et Mai 2018. Ces échantillons ont fait l’objet de différentes analyses (tableau 1) au laboratoire afin d’évaluer leur qualité par le biais de l’Indice de la Qualité de l’Eau (Water Quality Index) (Rizwan et al., 2010), en se basant à la fois sur les normes marocaines (CTNEAH, 2006) et celles établies par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS, 2011). Continuer la lecture

Publié dans Sciences du sol | Marqué avec , , , , , , | Commentaires fermés

Le sésame au Maroc : un intérêt certain, une diversité génétique restreinte. Par Dr Abdelghani Nabloussi(1), Jamal Charafi(1), Meriem El Harfi(1,2), Hafida Hanine(2) et Mohamed El Fechtali(1)

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique des oléagineux annuels, Coordinateur de l’URAPCRG - CRRA Meknès

Dr Abdelghani Nabloussi, Amélioration génétique des oléagineux annuels, Coordinateur de l’URAPCRG – CRRA Meknès

Le sésame (Sesamum indicum L.), appartenant à la famille des Pedaliaceae, est l’une des plus anciennes cultures oléagineuses connue par l’Homme. Il fût cultivé et domestiqué dans le subcontinent indien durant les ères Harappéen et Anatolien, il y a plus de 2600 années avant J.-C. Actuellement, il se trouve cultivé dans plusieurs parties du monde, notamment en Asie et en Afrique.

La culture du sésame est principalement adaptée au climat tropical et subtropical, mais peut aussi prospérer sous climat tempéré. Le fruit du sésame est une capsule axillaire contenant, en général, plus de 50 graines. La graine, riche en huile (50-60%) et en protéines (25%), est d’une grande valeur nutritionnelle et médicinale reconnue par l’OMS. En effet, elle est riche en fer, en magnésium, en manganèse, en calcium, en acides gras insaturés (40% d’acide oléique et 40% d’acide linoléique), en acides aminés de base, en vitamine E (antioxydant) et en fibres. De même, la graine du sésame est une source de vitamine B1 et de lignanes (sésamine, sésamol), jouant un rôle dans la réduction du taux du mauvais cholestérol et dans la protection du système cardiovasculaire.

Les produits commercialisés du sésame sont la graine entière, l’huile extraite de la graine et le tourteau. Les graines entières, ou sous forme de pâte, sont particulièrement utilisées comme ingrédients dans la préparation de quelques produits et recettes alimentaires, notamment dans certains sirops sucrés, biscuits, pains et d’autres produits boulangers. L’huile du sésame est utilisée dans la cuisson, la préparation des salades et pour la fabrication des margarines. Elle est aussi utilisée pour des fins pharmaceutiques et industrielles, notamment dans la fabrication du savon, des peintures, des parfums et des lubrifiants.

Situation au Maroc Continuer la lecture

Publié dans Amélioration génétique, Plantes oléagineuses | Marqué avec , , , , , | Commentaires fermés

Edito : Les jeunes ruraux ; un potentiel pour le développement

Dr Abderrahim Bentaibi,Chef du CRRA Meknès

Dr Abderrahim Bentaïbi, Chef du CRRA Meknès

La 14ème édition du SIAM qui s’ouvre à Meknès dans quelques jours sous le thème « L’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural » traduit encore une fois la pleine prise en compte par les organisateurs, le département de l’agriculture en l’occurrence, des chantiers structurants du développement agricole et rural de notre pays. Les zones rurales sont en effet contraintes d’innover et de s’adapter en permanence pour offrir une bonne qualité de vie à leurs habitants.

Pour survivre dans un monde qui se transforme de plus en plus vite, ces régions ont besoin de l’énergie et des idées des jeunes. Les jeunes ruraux représentent un capital humain considérable, dont la valorisation constitue un défi crucial à l’échelle nationale et notamment pour les collectivités locales. Paradoxalement, ce potentiel d’avenir est peu étudié et donc peu connu.

Dans les zones agricoles et rurales, les jeunes ruraux sont considérés comme étant les plus pauvres et les plus vulnérables et représentent de ce fait une contrainte majeure pour le développement rural. Ils survivent, essentiellement grâce à la pluriactivité et au travail temporaire dans l’agriculture, dans les villes et dans les chantiers des travaux publics. Ils ont un accès très limité à la terre agricole, leurs exploitations familiales n’offrent pratiquement pas de potentiel de développement et leur poids économique dans la production agricole reste par conséquent marginal.

Les jeunes ruraux d’aujourd’hui sont généralement mieux instruits et peuvent jouer un rôle plus important dans l’amélioration de la production par l’adoption de pratiques innovantes et de modes de production et de gestion plus performants. Pour cela, ils devraient avoir accès à toutes les chances dont ils ont besoin pour s’établir et s’épanouir dans leurs régions d’origine. Ils doivent, en plus pouvoir participer activement à la construction du monde rural, en proposant des alternatives tant à l’échelle locale que régional et même nationale. Il est donc important de connaitre ces jeunes leurs besoins, leurs contraintes, leurs attentes et leurs priorités.

La présenté édition de « INRA Meknès Magazine » propose à ses lecteurs deux articles traitants de la jeunesse rurales, fruits de recherches conduites au sein du CRRA Meknès. Les deux autres articles publiés sont consacré d’une part à la problématique d’actualité de la qualité des eaux souterraines de notre région, le Saïs, et d’autre part à une culture oléagineuse d’intérêt certain; le sésame.

Publié dans Editorial, Socioéconomie | Marqué avec , , , | Commentaires fermés