L’EFFET DES EXTRAITS DES COMPOSTS COMMERCIAUX ET DU COMPOST ISSU DES PALMES DU PALMIER DATTIER DANS LA LUTTE BIOLOGIQUE CONTRE FUSARIUM OXYSPORUM F.SP. ALBEDINIS, AGENT CAUSAL DU BAYOUD. Par Mohamed Ou-zine(1, 2), El Hassan Achbani(1) et Rachid Bouamri(2).

Mohamed Ou-zine, PhD student (INRA-CRRA Meknès / FST Fès / ENA Meknès)

Mohamed Ou-zine, PhD student (INRA-CRRA Meknès / FST Fès / ENA Meknès)

Le palmier dattier (Phoenix dactylifera L.) est l’une des cultures menacées par diverses maladies dont la plus grave est celle causée par Fusarium oxysporum f.sp. albedinis (Foa), appelée communément «Bayoud». Celle-ci a provoqué une destruction de plus des deux tiers de la palmeraie marocaine provoquant le passage de cette palmeraie de  150 000  ha à 44 000 ha (Fernandez et al., 1995). Les efforts déployés pour éliminer cette maladie sont limités; la maladie continue à attaquer d’autres palmeraies au Maroc et en dehors du territoire marocain (Sedra, 2012).

Au Maroc, les palmiers dattiers au niveau des zones oasiennes produisent annuellement plus de 100 000 tonnes de palmes sèches constituant l’une des sources dangereuses de contamination et de propagation de cette maladie. L’utilisation de ces déchets et leur valorisation pour produire du compost pourraient, en même temps, réduire les risques de propagation de l’agent causal de cette mycose et constituer une approche alternative pour la gestion de la dite maladie. En effet, la lutte biologique contre les phytopathogènes telluriques en utilisant le compost ou son extrait est une approche horticole bien établie. C’est dans cette perspective que s’inscrit l’objectif de notre étude qui a visé à étudier l’efficacité in vitro de plusieurs extraits de composts issus de différentes sources dans la lutte biologique contre ce champignon.

Quatre composts différents ont été utilisés dans notre étude; trois composts les plus commercialisés au niveau de la région de Drâa Tafilalet et un compost préparé à petite échelle au niveau du département de l’environnement et protection des plantes à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès. Le test de biocontrol in vitro a été réalisé par incorporation de différentes doses d’extrait  de chaque compost dans le milieu PDA (0; 2,5; 5; 7,5 ; 10; 20; 30 et 40% v/v), suivie par l’évaluation journalière de l’évolution du diamètre de croissance du champignon sur les différents milieux préparés. Pour étudier les mécanismes entrant en jeu dans l’effet suppressif des extraits, nous avons utilisés les extraits à leur état normal, les extraits stérilisés par microfiltration et les extraits stérilisés par autoclavage.

Fig. 1 : Test de biocontrol in vitro via l’utilisation des extraits non stérilisés de trois composts à des concentrations de 2,5 et 7,5 en comparaison avec le témoin négatif (T0).

Fig. 1 : Test de biocontrol in vitro via l’utilisation des extraits non stérilisés de trois composts à des concentrations de 2,5 et 7,5 en comparaison avec le témoin négatif (T0).

L’évaluation des diamètres de croissance fongique pendant 8 jours a montré que les taux d’inhibition de Foa ont été différents selon l’extrait du compost utilisé, sa concentration, sa nature (extrait non stérilisé, filtré ou autoclavé) et le temps d’incubation. Les extraits les plus efficaces contre Foa étaient les extraits à forte dose (40%) non stérilisés. Cependant, l’analyse statistique a démontré que l’extrait du compost préparé à partir des déchets du palmier dattier était plus efficace, suivi des composts commerciaux 1, 2 et 3, respectivement. En effet, le taux d’inhibition le plus élevé a été détecté à partir d’une concentration de 10% en utilisant le compost des palmes du palmier dattier, de 20% avec le compost commercial 1, de 30% avec le compost commercial 2, et de 40% avec le compost commercial 3 (Figure 1). Cependant, le taux d’inhibition en utilisant les extraits microfiltrés n’excédait pas 30% même en appliquant des doses élevées (40%). Tous les extraits autoclavés ont perdu leur effet antagoniste contre le champignon indicateur (Figure 2).

Fig. 2 : Test de biocontrol in vitro via l’utilisation des extraits non stérilisés et stérilisés par autoclavage avec des concentrations de 10, 20, 30 et 40%.

Fig. 2 : Test de biocontrol in vitro via l’utilisation des extraits non stérilisés et stérilisés par autoclavage avec des concentrations de 10, 20, 30 et 40%.

Ainsi, l’effet suppressif est principalement dû aux microorganismes indigènes des composts. Généralement, les modes d’action des extraits de compost en lutte biologique sont biotiques et/ou abiotiques (Noble et Coventry, 2005). L’effet antagoniste est principalement dû à des microorganismes appartenant à des champignons et à des bactéries. Seulement certains microorganismes sont capables de produire ces métabolites antifongiques avec différents spectres selon les espèces, ce qui pourrait expliquer la différence observée dans le taux d’inhibition des extraits testés. Ces microorganismes antagonistes peuvent agir par antibiose ou par compétition nutritionnelle et spatiale. Dans notre étude, nous avons montré que l’inhibition peut être liée non seulement aux microorganismes indigènes du compost (Effet biotique), mais aussi à des substances antifongiques existantes dans les composts (Effet abiotique).

 

Références bibliographiques

Fernandez D, Lourd M, Ouinten M, Tantaoui A, Geiger J (1995). Le Bayoud du palmier dattier : Une maladie qui menace la phoeniciculture. Phytoma : La défense des végétaux 469 : 36–39.

Noble R, Coventry E (2005). Suppression of soil-borne plant diseases with composts: a review. Biocontrol Science Technology 15(1): 3-20.

Sedra My H (2012). Guide du phoeniciculteur ; Mise en place et conduite des vergers phoénicicoles. Edition INRA, p 311.

—————————————–

1 : INRA – CRRA Meknès, Unité de Recherche en Protection des Plantes, Laboratoire de Bactériologie Végétale et Lutte Biologique.

2 : ENA Meknès, Département de protection des plantes et de l’environnement.

Ce contenu a été publié dans Protection des plantes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.