Edito : PETITE HISTOIRE DES RECHERCHES SUR LE GRENADIER A L’INRA. Par Ali Mamouni (Chercheur, SRD – CRRA Meknès)

Ali Mamouni, Chercheur en amélioration génétique des arbres fruitiers, Chef du SRD - INRA Meknès

Ali Mamouni, Chercheur en amélioration génétique des arbres fruitiers, Chef du SRD – INRA Meknès

Au cours des années 70, 80 et 90, le rayonnement du Domaine Expérimental d’Ain Taoujdate (INRA Meknès) dépassait les frontières par la richesse de ses collections et son leadership en introduction et étude de nouvelles ressources phyto-génétiques. Il jouait à l’époque un rôle primordial dans l’extension des arbres fruitiers au niveau national et particulièrement au niveau de la région de Meknès et du Moyen Atlas. De grandes unités se mettaient en place en s’appuyant sur les résultats des études de comportement des riches collections d’olivier, pêcher, abricotier, cerisier, prunier, amandier et pommier et en se faisant aidé par les compétences des cadres exerçant au sein de ce Domaine.

On trouvait également, dans ce domaine, des curiosités comme l’avocatier, le pacanier et le pistachier que les agriculteurs et les étudiants découvraient pendant les visites et les voyages d’étude. Des variétés ont été sélectionnées pour ces trois espèces dès le début des années 80, en plus de la mise au point de la technique de greffage chez le pistachier.

Les chercheurs constituant l’équipe de l’arboriculture pendant les années 80 et 90, se sont partagé les espèces fruitières (amandier, pêcher, pistachier, pommier, cerisier et prunier) pour que chacun prenne en charge au moins deux espèces. Ce partage n’a cependant pas concerné deux espèces traditionnellement cultivées au Maroc qui sont le figuier et le grenadier. Les priorités de recherche pour ces années concernaient en effet le développement de pêches précoces et semi-précoces, des variétés de pommier semi-précoces et précoces pour la culture dans les zones de faibles et moyennes altitudes, les variétés autofertiles et à floraison tardive pour l’amandier et l’introduction de la culture du pistachier chez les agriculteurs. Il faut rappeler que les prix des fruits de ces espèces devenaient intéressants suite à l’instauration de la politique d’austérité qui avait arrêté, entre-autres, l’importation de fruits.

A l’époque, Les producteurs de la région de Meknès n’étaient nullement intéressés par le développement du figuier et du grenadier. Deux principales raisons présidaient à ce désintérêt : l’alimentation des marchés en ces fruits par les jardins familiaux qui étaient développés autour de la majorité des villes marocaines d’une part, et d’autre part, le manque de stratégie de valorisation de ces fruits par la transformation et l’exportation.

Dans le cadre de la réduction du patrimoine foncier adopté parmi les mesures de la restructuration de l’INRA durant les années 80, plusieurs domaines ont dû être cédés dont celui d’Ahl Sous (CRRA Béni Mellal) qui hébergeait deux grandes collections de figuier et de grenadier. Ces deux collections ont été rapatriées au domaine d’Ain Taoujdate et ce n’est que vers la fin des années 90 que nous avions commencé à caractériser génétiquement et morphologiquement la collection du figuier et à l’enrichir par de nouvelles prospections et introductions.

Ce travail qui avait permis de sélectionner des variétés aptes au séchage dans un premier temps est entrain de se poursuivre en approfondissant la caractérisation de la collection enrichie en l’étendant à l’aspect technologique. En dehors d’une caractérisation sommaire, la collection du grenadier n’avait pas reçu la même importance. Ce n’est que ces dernières années que le programme de recherche s’est intéressé de plus prés au grenadier.

Ce numéro du magazine va révéler aux lecteurs les résultats préliminaires des études portant sur la caractérisation génétique, morphologique et technologique de la collection, la réaction de certaines variétés au stress hydrique et sur la différenciation à travers les signes distinctifs d’origine et de qualité.

Bonne lecture.

Ce contenu a été publié dans Arboriculture fruitière, Editorial, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.