ETUDE DES POTENTIALITÉS D’ADAPTATION DE LA CULTURE DU GRENADIER (PUNICA GRANATUM) cv. ‘SEFRI’ AUX CONDITIONS CLIMATIQUES DE TROIS LOCALITÉS : KHÉMISSET, AIN TAOUJDATE ET EL-HAJEB. Par Hakim OUTGHOULIAST, Jamal CHARAFI, Abdellatif BENBOUAZZA et Abderrahman MEKKAOUI.

Ir Hakim OUTGHOULIAST, Chercheur, Amélioration génétique des arbres fruitiers, URAPCRG-CRRA Meknès

Ir Hakim OUTGHOULIAST, Chercheur, Amélioration génétique des arbres fruitiers, URAPCRG-CRRA Meknès

Le grenadier (Punica granatumL., Lythraceae) est une espèce fruitière subtropicale originaire d’Iran, ses fruits ont une valeur nutritive importante. Le Maroc est un pays de la zone subtropicale du Nord-Ouest africain. Il est caractérisé par un climat très différent selon les régions. Dans ces conditions, le grenadier est largement cultivé et semble être ubiquiste étant donné ses grandes potentialités adaptatives aux conditions environnementales (climats et sols). Cette culture, généralement conduite en mode traditionnel, se développe de plus en plus en vergers modernes.

Le Maroc est doté d’un patrimoine génétique diversifié, constitué d’environ 17 clones et cultivars conservés au Domaine Aïn Taoujdate de l’INRA Meknès, notamment, ‘sefri ‘, ‘Gjeigi’, ‘Grenade jaune’, ‘Gordo de Javita’, ‘Djeibali’ et ‘Ounk Hmam’.

Il est nécessaire de mieux comprendre les effets du climat sur la croissance végétative et les paramètres de production du grenadier, ainsi le développement des grenades, en particulier face au «réchauffement climatique» qui affecte déjà le climat dans les régions de culture traditionnelle des grenadiers, notamment notre pays. Dans cette optique, Cette recherche a consisté à mener une étude comparative du comportement du grenadier cv. ‘Sefri’ dans trois localités à climats différents (Khémisset, Ain Taoujdate et El-hajeb). Il s’agit d’évaluation de la dynamique de la croissance des pousses végétative de l’année, le diagramme de floraison et la nouaison.1. Matériels et méthodes

La présente étude est réalisée dans trois sites différents : deux vergers de production de grenades de la variété ‘Sefri’, localisés à Khémisset et El-hajeb, en plus du Domaine expérimentale Ain Taoujdate de l’Inra.

Tableau 1 : Coordonnées géographiques des trois localités étudiées.

Localité d’expérimentation

Khémissat

Ain Taoujdate

El-hajeb

Coordonnées géographiques N 33° 51,843′W -05° 56,521′ N 33°55,758′W-05°16,414′ N 33° 42,749W -05° 20,740
Altitude (m)

321

485

995

La croissance annuelle des pousses végétatives a été déterminée par mesure de la longueur des nouvelles pousses au moyen d’une règle graduée en cm, au début de la levée de la dormance et à partir de leurs apparition (mi-Mars) pendant la campagne agricole 2019. Quatre arbres de la variété « Sefri » dans chacun des trois localités retenues ont fait l’objet de cette étude. En effet, pour chaque site, les mesures ont été effectuées sur des pousses portés par 16 rameaux de deux ans, ayant une longueur moyenne d’environ 20 cm, à raison de 4 rameaux par arbre qui sont situés à la hauteur d’homme dans les quatre directions cardinales (Nord, Est, Sud et Ouest). La durée entre deux mesures successives est fixée à deux semaines sauf en cas d’exception. Les résultats ont été exprimés en centimètre de la nouvelle pousse par mètre linéaire de la pousse de deux ans (cm/mL). Pendant la pleine floraison, le taux de nouaison est calculé étant le rapport entre le nombre des fleurs nouées dans chaque arbre par rapport au nombre total des fleurs ouvertes, ce taux est exprimé en pourcentage (%).

2.      Résultats et discussions

2.1. Nouaison

Le taux de nouaison maximal a été engendré par les fleurs du grenadier situé à El-hajeb (40,68), qui est hautement supérieur à celui observé à Ain Taoujdate (24,54 %) et Khémisset (20,41 %). Ceci pourrait être expliqué par la charge faible en fleurs par rapport aux deux autres sites. En effet, la nouaison de la première vague des fleurs hermaphrodites a commencé à partir du 29 Avril sur les trois sites, ainsi, les valeurs maximales ont été enregistrées en période de pleine floraison 24 Mai (figure 1). Concernant les fleurs mâles, elles ont subi la chute considérée comme phénomène normal car le processus de fécondation est terminé.

Figure 1 : Taux de nouaison du grenadier cv. ‘Sefri’ dans les trois localités étudiées.

Figure 1 : Taux de nouaison du grenadier cv. ‘Sefri’ dans les trois localités étudiées.

2.2. Croissance végétative des pousses de l’année

D’après la figure 2, la croissance des pousses végétatives sur les trois localités a engendré une courbe exponentielle croissante. Cette croissance des pousses de l’année du grenadier cv. ‘Sefri’ a commencé tôt, c’est à dire dès le 18 mars à El-hajeb avant Khémissat (27 mars) et ain Toujdate (29 mars). Durant la période qui suit, une vitesse rapide de croissance a été observée chez ces pousses sur les trois localités étudiées. Le début de la période de ralentissement de la croissance des pousses a coïncidé avec le stade actif en pleine floraison chez le grenadier des trois localités. Puis, la croissance ralentie a chevauché avec les fruits noués qui sont en phase de croissance et développement. Pendant la période de la croissance accélérée, les rythmes moyens de la croissance journalière sont de l’ordre de 6,4 ; 7,34 et 8,52 cm/mL, durant la phase de croissance lente ces rythmes ont chuté à 0,10 ; 30,5 et 0,9 cm/mL enregistrés respectivement pour Khémisset, El-hajeb et Ain Taoujdate. En comparaison avec d’autres espèces notamment le pêcher, la croissance des pousses de l’année accompagne la croissance des fruits jusqu’à la maturité des fruits.

Figure 2 : Dynamique de la croissance des pousses de l’année chez le grenadier cv. ‘Sefri’  dans les trois localités étudiées.

Figure 2 : Dynamique de la croissance des pousses de l’année chez le grenadier cv. ‘Sefri’ dans les trois localités étudiées.

 

3. Conclusion

Pour les trois localités, la croissance des pousses végétative sur les trois localités suit une courbe exponentielle et similaire pour les trois localités étudiées. Le taux de nouaison obtenu pour les trois localités est suffisant pour l’obtention de rendements satisfaisants. Pendant la maturité totale des fruits, d’autres paramètres sont visés dans cette étude à savoir le rendement, les caractéristiques quali-quantitatives des fruits et l’aptitude à la valorisation, ainsi, l’ensemble des résultats obtenus seront analysé précisément pour ressortir l’impact global du climat sur le cultivar ‘Sefri’ dans les trois localités étudiées.

Ce contenu a été publié dans Arboriculture fruitière, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.